Translate

vendredi 12 juin 2015

Espace blanc / White space (Translated FR / ENG)

La poésie
C'est cet espace blanc entre les mots
L'amour
C'est la place qu'il reste lorsque l'on ôte les maux

Entre les deux le blâme apparaît
Le blême de la peur, le blâme de la honte
Jusque dans les oublis de la mémoire

Juste un peu d'amour, disait-il
Alors que tout autour de lui,
Tous autour de lui, l'ont laissé mourir

Ta peau,
De mes fantasmes, saisies
Ton hérésie,
D'un charme fou, bénie

Entre le bleu de tes yeux
Et le gris de mes nuits
Autant en emporte l'amour

Le rythme ne me nuis
Que lorsque tu me fuis
Pour je ne sais quel fruit.


Ce sera ma seule concession à l'ordre du temps, car à la fin, je retourne à mes vingts ans, comme une chose achevée, comme une chose éclairée, entre mon lit et ma tombe.


--
J'ai écrit ce texte entre 1989 et 1992 et oui, j'ai retrouvé quelques-uns de mes premiers textes! Étonnant que je le trouve si plein de tout, et de sens, et de vie, après tout ce temps. J'espère que vous apprécierez

J'avais une définition un peu pompeuse de la poésie à l'époque, que j'avais mis en introduction au poème ci-dessus :

"Si j'avais créé "Carpe Diem" j'aurais probablement fini dans le corps en putréfaction d'un poète... Car la poésie n'est pas le corps du poète mais l'image qu'il laisse flotter derrière lui pour les générations perdues (pas "futures" Nota bene du jour) dans le labyrinthe de la pensée et de l'action!"

J'aime encore cette fille un peu gauche qui écrivait le soir très tard au lieu de faire ses devoirs, au grand désespoir de ses parents. Cela n'a pas empêché d'avoir un Bac+4 et plein de chômage après! 


------


Poetry
This is a white space between words
Love
This is the bits which stay when we remove the troubles

Between both, disapproval appears
The pallid of fear, the disapproval of shame
Till you lose memory

Just a little love, he said
While everything around him,
All around him, let him die

Your skin,
From my fantasies, seized
Your heresy,
From a crazy charm, blessed

Between the blue irises of your eyes
And the grey of my nights
So much takes love

The rhythm doesn't damage me
When you stay close me
Not seeking for forbidden fruits.


It will be my only concession to the order of time, because in the end, I return to my 20 years, as a finished thing, as an enlightened thing, between my bed and my grave.

--

I wrote this text between 1989 and 1992 and yes, I found back some of my first texts! Amazing that I find it so full of everything, meaning, and life, after all this time. I hope that you will appreciate.

I had a quite pompous definition of poetry at that time, that I put in introduction to the poem above:

" If I had created " Carpe diem " I would have probably ended in the decayed body of a poet... Because poetry is not the body of the poet but the image which he lets floating behind him for the lost generations (not " future generations " note of the day) in the labyrinth of the thought and action.



I still love this girl a bit awkward who wrote very late in the evenings instead of doing her homework, to the despair of her parents. It did not prevent me from having a master degree (1st year) and plenty unemployment later! ;)



Enregistrer un commentaire