Translate

samedi 4 janvier 2014

Quand ton image me poursuit / When your visage haunts me

Quand ton image me poursuit,
Mauvais rêve : mi-dieu, mi-homme
J’imagine encore le son de ta voix
Je la recrée partout en moi.


Chaque sourire, chaque moment,
Comme autant de phares immobiles
C’est à peine si je peux penser
Ce que sera demain sans témoins,
Ta présence à mes côtés,
Je ne demande rien de moins,
Chaque sourire, chaque regard aimant,
Comme autant de non-dits fragiles.


Quand ton image me poursuit…


Des morceaux d’histoires
Qu’on se raconte à demi-mots
Comme s’ils n’existaient pas,
N’avaient pas de place dans nos cœurs.


Des morceaux d’histoires
Des lambeaux de chaleur
Qu’on se colle à la peau
Comme autant d’oublis de la réalité fatale.


Ce sont ces petits mots, donnés à ta vie
Glissés dans la maison, dans ton sommeil
Ce sont ces désirables maux, donnés à ma vie
Mangés sans raison gardée, doux comme le miel…


Déchirés pour mieux les partager…




Soulagement d’amour et d’ombre
Source de lumière et de peine
Soit là demain pour acquitter enfin…
La dette et le dessein.


Ton nom, en conscience, à peine effleure
Laisse le cœur enflammé…
Que ne laisses-tu ton prénom
Toucher le cœur sans affront ?


Soulagement d’amour et d’ombre
Telle est la volonté d’un cœur sombre
Soit là demain, pour acquitter enfin…
La dette et le dessein.


Quand ton image me poursuit…
Déchirée pour mieux la partager…
Amour… guide-le vers son destin…
Destinée cruelle qui ne voit pas ma fin…


sept-93 et mars-2001
sd


When your visage haunts me,
Bad dream: half-god, half-man
I imagine again the sound of your voice
I replay it all over me.

Each smile, each moment,
Looking like still headlights,
If only I could think of
What tomorrow will be without witnesses,
You by my side,
I ask for nothing less,
Each smile, each loving gaze,
Like fragile moments unsaid.

When your visage haunts me...



Pieces of stories
We tell each other almost silently
As if they did not exist,
And had no place in our hearts.

Pieces of stories
Shreds of heat
That sticks to the skin
Like oblivion to a fatal reality.

These are little words, given to your life
Swiped through the house, in your dreams,
These are desirable pains, given to my life
Eaten, no kept reason, sweet as honey...

Torn to share them at best...

Relief by love and shadow
Source of light and sorrow
Be there tomorrow to pay finally...
Debt and intention.

Your name, consciously, barely brushes
Let your heart burning...
Why don't you leave it
Touch the core without indignity?

Relief by love and shadow
Such is the will of a somber heart,
Be there tomorrow to pay finally,
Debt and intention.

When your visage haunts me
Torn to share her at best,
Love... guide him to his destiny,
Cruel destiny, which doesn't see my end.






Enregistrer un commentaire